Les épaves antiques de Courbiac dans le fleuve Charente (Saintes-Fontcouverte, 17)

 

 

Auteur : Jonathan Letuppe (Éveha)

Numéro d’OA : - 1122 -

Responsable de l’opération : Jonathan Letuppe (Éveha)

Nature de l’opération : sondage (2015), fouilles programmées (2016 - 2017)

Fleuve : Charente

Région : Nouvelle Aquitaine

Département : Charente-Maritime (17)

Communes : Saintes et Fontcouverte (17100)

Mots-clés : épaves antiques, architecture navale, pierre de mouillage, dendrochronologie, tradition romano-celtique

Chronologie : période antique

 

Deux épaves ont été découvertes en 2008 lors d'une prospection diachronique sous la direction de Vincent Lebaron (ArepMaref), au lieu-dit Courbiac (Saintes-Fontcouverte, 17). Ces deux épaves sont dénommées Ep1 et Ep2 Courbiac, distantes d'environ 100m. C'est grâce au processus d'érosion du fleuve Charente que ce gisement avait pu être observé sur quelques mètres.

 

Une datation au carbone 14 sur chacune de ces deux épaves a été réalisée. L'épave n°1 a été datée de 230-390 de notre ère, l'épave n°2 a été datée de 250-440 de notre ère.

 

Une campagne de sondages sur l'épave n°2 a eu lieu en 2015 par une équipe Éveha sous la direction de Jonathan Letuppe. Cette campagne a permis de mettre en évidence une coque en position retournée, en très bon état de conservation, ainsi qu'un système d'assemblage des éléments architecturaux à l'aide de clous à pointe rabattue deux fois. La longueur de l'épave est d'environ 18m de long. Sa largeur est d'environ 3,50m. Le fond de l'épave est plat avec une absence de quille, suggérant une navigation à dominante fluviale. Il a été observé des extrémités très pincées de la coque et ce qui semble être pour le moment une préceinte aux deux extrémités de la coque. Deux apotureaux ont été observés à l'extrémité amont de l'épave. Très bien conservés et encore en connexion avec la charpente, ces éléments architecturaux sont en parfait état de conservation. L'état de conservation de cette épave est réellement exceptionnel, même si en de rares endroits des éléments de l'enveloppe externe (le bordé) ont été abîmés ou ont disparu, puisque nous avons pu observer la totalité de l'élévation d'origine aux extrémités, soit 1,80m dans le sondage 2. Un sondage central a permis d'observer une charpente axiale formée de deux éléments disposés can contre can. L'observation sur une petite zone abîmée de la coque a permis de révéler la présence de vaigrage. Aucune trace d'élément architectural en lien avec le mode de gouverne n'a été observée sur les deux extrémités de cette épave.

 

Une première campagne de fouille a été menée sur l'épave n°1 en 2017, parallèlement à la fouille d'Ep2. En position retournée comme Ep2, cette épave est en revanche très abimée. Le recours à un assemblage à l'aide de clous à pointe rabattue deux fois semble être également le cas pour cette épave.

 

Différentes problématiques de recherches sur les bois (débitage, façonnage, etc.), le système d'assemblage (répartition des clous à pointe rabattue, localisation des chevilles insérées au préalable à l'enfoncement des clous, détermination de l'orientation de l'enfoncement de la pointe des clous (vers les fonds ou les parties hautes?), etc.), le mode de gouverne, les qualités hydrostatiques, etc.

 


Partenaires des campagnes 2015-2016-2017:

 

Aperçus visuels et audios du chantier

 

 

    1. Montage vidéo équipe Éveha avec les données 2015 dans le cadre des JNA 2016:

 

Site de Courbiac, Saintes (17) from Éveha on Vimeo.

 

 

    2. Interviews dans le cadre de la Chronique Patrimoine 3.0 de Sébastien Champeyrol, sur "Art District radio" en juin 2017. Liens vers ces interviews:


Email

Plan d'accès